Dans l'Agenda

affiche



Paru dans la presse

La bière belge aux petits soins des handicapés.
Lire l'article paru dans le journal "L'Ardennais" du vendredi 16 décembre 2016 consultable depuis notre page "L'Albatros dans les médias".



Galerie photo

(Prise de vue réalisées
le mardi 23 octobre 2012)



Aujourd'hui on fête...

En ce

Accueil > L'Institut Albatros

L'Institut Albatros

L'Institut Albatros vous souhaite la bienvenue sur le site Internet présentant son Foyer Occupationnel ou Service Résidentiel pour Adultes ainsi que dans ses Foyers d'Accueil Médicalisé.
Ensemble nous voulons construire un projet valorisant le respect des droits et de la dignité de chacun, la recherche du maximum de bien-être, cela en offrant un accueil dans un lieu de vie adapté, en proposant des activités occupationnelles et de loisirs, ainsi qu'un accompagnement médicalisé.

L'Albatros, Foyer Occupationnel (F.O.) ou Service Résidentiel pour Adultes (SRA) a été créé en 1973 pour héberger et occuper des personnes handicapées mentales dont les capacités ne permettent pas de suivre le rythme de travail exigé dans les E.T.A. (Entreprises de Travail Adapté) en Belgique et dans les E.S.A.T. (Etablissement et Services d'Aide par le Travail) en France.

L’Institut Albatros de Petite-Chapelle, de part sa situation géographique et de part ses activités en Belgique et en France, est concerné par des arrêtés, des agréments et des conventions avec les autorités des deux pays.
Pour l’AWIPH (Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées), l’Albatros est reconnu comme SRA, Service Résidentiel pour Adultes (Foyer de vie, Foyer occupationnel) avec un agrément fixant le nombre de lits, lesquels étant subventionnés.

L’Institut Albatros a aussi l’autorisation de l’AWIPH pour accueillir des personnes françaises.

De plus, l’Albatros est reconnu comme établissement français eu égard à ses activités sur le territoire français.
Un arrêté du Conseil Général des Ardennes (08) fixe le nombre de places en foyer occupationnel sur le territoire ardennais.
Un arrêt conjoint du Conseil Général des Ardennes et de l’Agence Régionale de la Santé fixe le nombre de places en F.A.M. sur le territoire ardennais.

Des conventions avec les Conseils Généraux des Ardennes (08), de l’Aisne (02), du Nord (59) et de la Marne (51) fixent le nombre de places réservées par département sur le territoire belge. En dehors de ces conventions principales l’Albatros travaille aussi avec 16 départements.

Les personnes accueillies, au nombre de 306, sont des personnes handicapées mentales adultes atteintes de déficience mentale modérée, sévère ou profonde avec ou sans troubles pschysiques associés:

  • Personnes autistes;
  • Personnes psychotiques dont les schizophrènes;
  • Personnes avec divers troubles de la personnalité (troubles caractériels, névroses,...);
  • Avec ou sans troubles neurologiques (par exemple l'épilepsie)

L'Albatros est aussi depuis 2006 un Foyer d'Accueil Médicalisé (FAM).

Le projet Albatros

Notre projet préconise:

  • L'adaptation des activités occupationnelles par une participation alternée et rythmée en rapport avec les capacités et les aspirations des résidents;
  • L'adaptation des lieux de vie par l'accueil dans différents foyers d'hébergement suivant les particularités de chacun;
  • L’accès aux loisirs par le biais d'animations organisées dans les infrastructures du Centre (salle de spectacle, hall de sports, piscine,…) mais aussi en favorisant les contacts avec les autres organisations offertes aux personnes « valides »;
  • L'intégration sociale par l'organisation de fêtes ouvertes à tous, par les sorties (clubs sportifs locaux, courses, cinéma, restaurant, …) mais également en favorisant les rencontres à l'intérieur de nos infrastructures par des invitations, par des mises à disposition de nos locaux, par des organisations intégrant des personnes handicapées mentales et personnes valides;
  • Le maintien des liens sociaux et familiaux par le biais de rencontres conviviales et festives;
  • L'adaptation de la prise en charge afin de répondre aux besoins évolutifs des personnes adultes gravement handicapées souffrant de dépendance totale ou partielle et devant bénéficier davantage de soins médicaux et paramédicaux;
  • L’accompagnement en fin de vie.